Et si l’hypertension essentielle était une invitation à plus de foi en Dieu?

Publié par

L’hypertension artérielle essentielle appelle, sans conteste, un traitement adéquat et un mode de vie approprié. De mon expérience, j’ai compris que le mode de vie devrait comporter outre un régime alimentaire sain, une façon d’être tout aussi saine. J’ai été inspirée en cela par Dr Philippe DRANSART, médecin homéopathe, qui a écrit que l’ »l’hypertension … évoque un relâchement incomplet des muscles qui entourent les vaisseaux, c’est quelque chose qui empêche de nous détendre« [1].

Quelque chose qui empêche de se détendre? Cette exhortation de Jésus est alors montée en moi : « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. Oui, mon joug est aisé et mon fardeau léger » (Mt 11, 28-30).

Bref, j’ai compris que je manquais de confiance en Dieu. L’hypertension, manifestée dans mon corps, m’a donc mieux permis de comprendre l’état de mon esprit. Le cheminement spirituel que j’ai entrepris en mars 2008, avec le curé de ma paroisse, n’en a été que plus fructueux. C’est après ce cheminement que les résultats ont été les plus probants. Ainsi, j’ai pu constater au cours du contrôle médical de novembre 2008 que la résistance observée depuis février 2005 à la régulation de ma tension artérielle, avait cédé. L’analyse de mes mesures ambulatoires de pression artérielle, à ce jour, indique que l’hypertension artérielle est « stabilisée » puis « bien stabilisée » par le « traitement non pharmacologique et les mesures de modification de mode de vie« . Les mesures sont normales et le contrôle est désormais annuel. Comme quoi, quand Jésus sert de boussole, la barque secouée par la tempête, arrive vite à destination  (Mt, 14, 22-36 ; Mc 6, 45-52 ;  Jn 6, 16-21).

Et maintenant, le challenge, c’est de tenir le rythme ! Que le Seigneur m’aide et vous y aide aussi !

———————————————————-

Vous voulez poser des questions ? Vous avez envie de commenter l’article ? Faites-le ci-dessous, s’il vous plaît ! Je vous répondrai avec plaisir.

Vous pouvez partager l’article, à votre guise, notamment au moyen de l’une des icônes situées ci-après ou avant le début de l’article. Je vous en remercie par avance.

Publié pour la première fois par La Croix du Bénin en août-septembre 2015.

Elvire VIGNON, Avocate honoraire, Arbitre et Médiatrice

Centre EV Arbitrage & Médiation, Cotonou, Bénin

[1] DRANSART, Philippe,  La maladie cherche à me guérir, Editions Le Mercure dauphinois, Paris, 1999, 2000, p. 308.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s