Nous composons nous-mêmes la trame de notre jugement Lc 17, 26-37 & Lc 18, 1-8

Publié par
Jésus, chemin, vérité, vie
Je suis le chemin, la vérité et la vie

Évangile des 17 et 18 novembre 2017 proposé à notre méditation par l’Église catholique.

Que nos actes nous fassent plutôt esprit saint que corps

En Lc 17, 26-37, Jésus nous (ses disciples) remet en mémoire les images des jugements passés concernant les personnes, Noé et Lot, que Dieu a laissées vivre sur terre à leurs époques, alors qu’Il sanctionnait la corruption des mœurs et la désobéissance à sa loi. Jésus nous met en perspective aussi les images du Jugement à venir. Ces images sont ceux de notre quotidien : travaux des champs, travaux domestiques, repos, etc.

 « Prenant alors la parole, ils lui disent: « Où, Seigneur? » Il leur dit: « Où sera le corps, là aussi les vautours se rassembleront » (Luc 17, 37).

Nous pouvons comprendre ainsi que chacun de nos actes est un jugement qui traduit le niveau de conscience du royaume de Dieu en nous. Plus ce niveau est élevé, plus nous serons esprit, plus ce niveau est bas, plus nous serons corps.

Daigne ce jour nous trouver dans une posture agréable à Dieu ! Seigneur Jésus, conduis-nous à ce face à face !

Cette posture paraît aux disciples (à nous) si difficile à réaliser et à maintenir que Jésus leur demande de prier sans cesse et les assure qu’ils seront exaucés par Dieu. C’est l’enseignement contenu en Lc 18, 1-8.

Prier sans cesse pour agir saintement

« Et le Seigneur dit: « Ecoutez ce que dit ce juge inique. Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient vers lui jour et nuit, tandis qu’il patiente à leur sujet! Je vous dis qu’il leur fera prompte justice. Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18, 6-8).

Les références qui sont mentionnées dans la Bible, en marge de ces trois versets, semblent indiquer que Jésus nous invite à ne pas nous décourager à cause des nombreuses iniquités qui parsèment le monde, mais plutôt à prier sans cesse. Et la question qu’il pose, la dernière phrase de cette péricope, peut être considérée, me semble-t-il, comme une prière que lui, Jésus, nous adresse pour que nous gardions la foi, envers et contre tout. Il nous renvoie ainsi à nous-mêmes en nous enseignant d’accomplir aussi ce que Dieu attend de nous : l’aimer et aimer notre prochain ; on pourrait dire aussi respecter, louer et servir Dieu (dans cette formule, l’amour pour le prochain est nécessairement incluse).

En somme, pratiquer la foi et prier sans cesse. Prière et foi agissante. Enseignement récurrent de Jésus avec des exemples et des contextes divers.

———————————————

Vous voulez poser des questions ? Vous avez envie de commenter l’article ? Faites-le ci-dessous, s’il vous plaît ! Je vous répondrai avec plaisir.

Vous pouvez partager l’article, à votre guise, notamment au moyen de l’une des icônes situées ci-après ou avant le début de l’article. Je vous en remercie par avance.

Enfin, vous pouvez prendre rendez-vous, si nécessaire, au moyen du formulaire de contact qui se trouve non seulement en dessous de la bannière de ce blog, mais encore dans les rubriques « Venir en arbitrage » ou « Venir en médiation ».

Cotonou, le 17 novembre 2017

Elvire VIGNON, Avocate honoraire, Arbitre et Médiatrice

Publicités

2 comments

  1. Cheminons à la suite de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ! Prions sans cesse et que notre foi ne faiblisse guère ! Ma prière est que nous soyons des Noé et des Loth.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s